Penser la liberté de circulation

11 et 12 décembre 2014, Parlement européen, Bruxelles: séminaire pour une approche critique et prospective des politiques migratoires: penser la liberté de circulation. Avec le soutien d’Alter Summit.

11 et 12 décembre 2014, Parlement européen, Bruxelles: séminaire pour une approche critique et prospective des politiques migratoires: penser la liberté de circulation.
 
L’Alter Summit a pour objectif majeur de contribuer à la construction d’une Europe ouverte, démocratique, sociale, écologique et féministe, réellement respectueuse des droits humains de tous, en ce compris des droits économiques, sociaux et culturels. Le séminaire des 11 et 12 décembre éclairera en quoi la politique migratoire menée actuellement par l’Union européenne s’éloigne de ces valeurs, abordant notamment les violations, graves et récurrentes, des droits les plus élémentaires des migrants et en quoi ces dernières sont le fruit des orientations prises au plus haut niveau. Le séminaire s’interrogera également sur les motivations non exprimées de la limitation de la migration régulière et de la lutte contre la migration irrégulière. Dans ce cadre, notamment, la question de l’influence en la matière des groupes de pression sur les instances de l’Union européenne liée à la grande industrie sera abordée sur la base de recherches documentées réalisées à ce propos.
 
La question de la fermeture des frontières et de la distinction entre migrants en séjour régulier et migrants en séjour irrégulier sera au centre des débats. Elle fera l’objet d’un éclairage tant théorique et éthique que pragmatique. L’éclairage théorique et éthique se basera sur plusieurs exposés de nature philosophique abordant notamment la question de l’ouverture des frontières en lien avec la gestion néolibérale de la société, la souveraineté nationale et la justice sociale. L’analyse plus pragmatique visera à questionner la thèse de la limitation de la migration régulière et de la fermeture des frontières comme condition nécessaire de la sauvegarde des droits sociaux et économiques des citoyens des l’Union européenne. Pour ce faire, trois groupes de travail seront proposés abordant respectivement les migrations et les politiques migratoires en rapport avec les questions de travail et d’emploi (en ce compris le droit du travail), de sécurité sociale et de finances publiques et de pauvreté et d’inégalités sociales.
 
Ces divers éclairages permettront aux participants de débattre du bien fondé, des conditions et des modalités éventuelles d’une politique migratoire basée sur l’ouverture des frontières et sur une réelle égalité de droits et de traitement pour tous et d’explorer les liens entre une telle politique et la défense de politiques, notamment sociales, économiques, commerciales et financières, plus démocratiques, égalitaristes et durables. En ceci, le séminaire se veut être un moment important de la réflexion et de l’action de l’Alter Summit sur les questions migratoires et leur articulation avec la gestion économique et financière de notre société.

Penser et agir sur la manière dont l’économie et la finance sont gérées, agir sur les droits sociaux et économiques sans mener une réflexion poussée et novatrice sur les politiques migratoires semble, pour une bonne part, voué à l’échec. De même, il semble de plus en plus illusoire de réellement défendre les droits des migrants sans remettre en cause le système plus général dans lequel s’inscrit le déni de leurs droits. La conjonction de la réflexion et de l’action dans l’un comme dans l’autre de ces domaines est donc essentielle. C’est pourquoi, la participation active de syndicalistes et autres personnes travaillant sur les questions d’économies et de droits sociaux et économiques lors de ce séminaire est primordiale.

Pourquoi nous sommes pour la liberté de circulation et d’installation, texte du Ciré