L’Europe, c’est nous ! Notre programme pour reconquérir nos droits

All the versions of this article: [Deutsch] [English] [Español] [français]

Déclaration finale de la conférence Rights4All Now - 25&26 novembre, Bruxelles

L’Europe, c’est nous ! Notre programme pour reconquérir nos droits

« Il faut toujours commencer par rêver »
Fidel Castro, 1926-2016

1. A l’invitation d’Alter Summit, nous nous sommes rencontrés, plus de 150 femmes et hommes venus de plus de 15 pays, de différents environnements. Nous avons fait connaissance, échangé, débattu comme des camarades ;

2. Nous avons mesuré la diversité de nos luttes : niveaux, formes de luttes, protagonistes … Notre responsabilité est de valoriser cette diversité : aussi bien nos complémentarités que nos contradictions : c’est une difficulté mais une richesse, notre rôle est de travailler à la convergence ;

3. Ces débats riches n’ont de sens que s’il y a prolongement – c’est pourquoi nous avançons ci-dessous un programme de travail, de débats et de rencontres ;

4. Pour commencer, nous proclamons que l’Europe c’est nous : ce n’est pas l’UE, ni les entreprises multinationales, ni le 1% qui a pris le contrôle de nos vies : l’Europe que nous voulons sera construite par en-bas, par les luttes : par les femmes, les migrant.e.s avec et sans papiers, les travailleurs.euses, les chômeurs.euses, les paysans.nes, les jeunes, par toutes celles et ceux qui refusent cette société de domination ;

5. Nous proclamons que nos droits fondamentaux et sociaux ne peuvent être remis en cause par aucun traité et que le cas échéant nous assumons la désobéissance à ces derniers ;

6. Nous menons nos luttes partout : sur les lieux de travail, dans les rues et les quartiers comme dans les territoires... Nous exprimons à haute voix nos priorités politiques. A partir de nos propositions et revendications concrètes, nous encourageons tous les membre du Parlement européen ou groupes politiques à soutenir nos positions ;

7. Nous avons à faire face à plusieurs enjeux:
L’austérité en Europe provoque des crises multiples (chômage, précarité); la crise climatique s’aggrave. L’Union Européenne refuse l’accueil des migrant.e.s et réfugié.e.s, construit des murs laissant mourir des milliers de personnes dans la Méditerranée et signe des accord honteux pour expulser un maximum de personnes - au lieu de garantir la liberté de circulation et d’installation pour toutes & tous. L’Union Européenne se militarise encore plus. Non seulement l’extrême droite monte mais aussi elle prend le pouvoir dans plusieurs pays.

Face à cette situation, nous avons avec d’autres une responsabilité: construire un message populaire clairement opposé à la globalisation capitaliste (banques, multinationales, UE), mais sur une base démocratique, internationaliste, antiraciste, antifasciste, féministe, écologiste et pacifiste. Nous nous engageons pour l’égalité, les libertés civiles, le droit à la négociation collective et à l’action syndicale (contre la répression des syndicalistes et des militant.e.s). La première étape est de bien formuler ce message, la seconde sera de construire une campagne large qui nous réunira.

8. Au cœur de ce message, il y a l’affirmation des
DROITS SOCIAUX POUR TOUTES ET TOUS (universalité des droits) :
Emploi, revenu, logement, protection sociale, santé, enseignement...
Pour toute personne qui vit ou travaille en Europe
Mais aussi au-delà, pour toutes les populations du monde (contre le néocolonialisme, l’impérialisme et le militarisme : l’Europe n’est pas le centre du monde )

9. En second lieu, derrière ce message, nous devons formuler des revendications précises communes : réduction du temps de travail, salaire minimum, lutte contre la privatisation, lutte contre le dumping social et fiscal, égalité de traitement migrants / nationaux, enseignement et santé publics en dehors des mécanismes de marché...
Nous devons prendre le temps pour définir ensemble nos priorités dans ce domaine et chercher des convergences avec d’autres réseaux et organisations.

10. Les campagnes TTIP TISA CETA & le Mouvement Climat sont une base de large coalition populaire et unitaire ; il faut en prolonger et approfondir le message politique.

11. Nous publierons et discuterons les rapports des groupes de travail. A ce stade, les groupes de travail ayant préparé la conférence, décident de continuer leur travail.

1. Transition écologique :
défendre une transition juste et démocratique contre la transition du capitalisme vert et refus de la privatisation de l’énergie, des transports, etc...
construire un « espace sûr » commun d’échange au sein de la société civile, syndicats et activistes notamment (rencontre autour de la COP23, novembre 2017)

2. Résistance 2.0. :
déconstruction du discours néolibéral
élaboration de revendications/positions sur les changements dans le monde du travail et pour encourager les résistances (nouvelle rencontre dans le cadre des mobilisations du G20)
promouvoir un syndicalisme pour « tous les travailleurs.euses »

3. Communs & services publics :
approfondir le débat biens communs/service public
défendre et renforcer/démocratiser les services publics (santé, énergie, transport …) contre la financiarisation et la privatisation
consolider les statuts des agents publics
identifier les attaques de nos gouvernements contre les services publics ;

4. Unité :
proposer une campagne large « Rights4All » (Droit pour tou.te.s) ;
publier un répertoire des luttes riches et diverses qui vont déjà dans le sens de R4A (multiplicité des buts, des formes de luttes, …) et qui peuvent être renforcées ;

5. Migrants et syndicats
importance de lier travail syndical et mouvements pour les droits des migrant.e.s
nouvelle rencontre en février, avec plus d’acteurs européens

12. Calendrier

Nous publierons les rapports d’ici fin décembre
Une assemblée de travail d’Alter Summit sera convoquée en février ou mars
Nous mettrons à profit pour avancer plusieurs dates de mobilisations :
18 décembre 2016 – journée internationale des migrants
13-14 janvier 2017 : sommet Françafrique à Bamako
8 mars : Journée mondiale du droit des femmes
18 mars : actions contre l’accord UE-Turquie
21 mars : journée internationale contre le racisme
3 avril : Date globale contre les paradis fiscaux (cf décision au FSM à Montréal)
7 avril : journée européenne d’action contre la commercialisation de la santé
1er mai
23 juin : journée de défense des services publics
5-8 Juillet : réunion du G20 à Hambourg : contre-sommet, actions, manifestation

Toutes ces dates sont importantes. Le travail des groupes permettra de définir des priorités.

L’assemblée soutient en outre une motion de solidarité avec le peuple grec dans sa lutte pour la mise en place de conventions collectives.

Annexes (pour le débat)
- Motion proposée par Europa Neu Begründen (en anglais)
- Déclaration inter-syndicale sur la situation en Turquie

Vous trouverez des documents relatifs aux diverses interventions sur le site web de la conférence :
http://www.altersummit.eu/mobilisation/article/program-rights4all-now?lang=fr

Plus d’informations : info@altersummit.eu