Une future Commission européenne contre l’intérêt des peuples européens

All the versions of this article: [Deutsch] [English] [français]

Communiqué de presse - Bruxelles, le 30 septembre 2014
Ces jours-ci, les députés européens seront amenés à auditionner les candidats et candidates présentés par les États membres pour faire partie de la future Commission Européenne. Pour l’Alter Summit, l’équipe proposée par Jean-Claude Juncker est gangrenée par les conflits d’intérêts et des orientations totalement opposées aux intérêts des peuples européens.

Le profil de cette future Commission laisse peu d’espoir sur sa capacité à répondre aux énormes défis de l’Europe d’aujourd’hui : crise économique, chômage de masse, crise écologique, drame humanitaire aux frontières, etc... Les solutions qui se profilent ne feront qu’approfondir les énormes déséquilibres qui minent le projet européen depuis plusieurs années.

En outre, l’Alter Summit tient à attirer l’attention sur les cas, particulièrement consternants, de certains membres de l’équipe proposée par Jean-Claude Juncker.
Ainsi, Miguel Arias Cañete, le candidat espagnol, qui serait chargé de la politique en matière de lutte contre le réchauffement climatique, est notoirement lié à l’industrie du pétrole et du fracking. Il a, de plus, défrayé la chronique espagnole par ses déclarations sexistes, parlant de supériorité intellectuelle masculine. Le conflit d’intérêt et la contradiction avec les valeurs fondamentales européennes nous semblent évidents.

Il en va de même du candidat britannique, Jonathan Hill, en charge des marchés financiers et de leur régulation, alors même que ses liens avec les intérêts bancaires de la City londonienne sont largement connus. Quelle régulation au service du bien commun pouvons-nous espérer des banquiers eux-mêmes? Poser la question, c’est y répondre.

Que dire encore du candidat français Pierre Moscovici, Commissaire en charge de la fiscalité et opposant farouche à la taxe sur les transactions financières (pourtant soutenues par une part importante de l’opinion publique) et défenseur avéré des intérêts des banques au sein du gouvernement français ?

Ne disons rien, bien sûr, du candidat hongrois, Tibor Navracsisc, en charge de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et de la citoyenneté et fervent défenseurs des thèses et politiques d’extrème-droite, co-auteur d’une constitution hongroise en contradiction évidente avec les valeurs démocratiques censées fonder le projet européen.

Qui plus est, cette nouvelle Commission ne comprendra que 9 femmes sur un total de 28 Commissaires et seul un tiers de ceux-ci étaient candidats aux élections européennes, montrant ainsi le caractère bien peu démocratique de cette institution.
Alter Summit est un réseau européen centré sur la promotion d’une Europe écologique, démocratique, sociale et pacifiste opposé à toute forme de sexisme et de racisme. Or, la composition générale de la Commission telle que proposée s’éloigne fondamentalement de cette vision.